n° 87 - septembre 2020

 

Sommaire

 

Rencontres scientifiques

 

Vient de paraître


Dernières publications collectives


Nos chercheurs publient

 

Valorisation

 

Site web du LIR3S

 

Appels à communications

 

Appels à contributions

 

Appels d'offres

 

 



Rencontres scientifiques

2019 est l’année d’un double anniversaire : celui de la sortie d’Abbey Road et celui de la (presque) fin d’un groupe dont l’histoire, au fond, ne dure guère plus de huit années. En dehors de tout jugement esthétique ou musical, c’est cette fulgurance avec laquelle les Beatles sont parvenus au sommet qui rend leur aventure exceptionnelle. Si cette conférence se focalise in fine sur Abbey Road, ce n’est en réalité qu’un prétexte pour revenir sur ce phénomène Beatles
En savoir plus

Haut de page


 

Vient de paraître


Dernières publications collectives

Penser un monde sans conflit est utopique, même en démocratie, ce système reposant sur la loi du plus grand nombre et la liberté d’expression y étant un droit fondamental. Aux spécificités civilisationnelles s’ajoutent les penchants individuels, et il est logique que des tensions en découlent. Forts de cette affirmation, nous nous posons d’emblée cette question : si les conflits et la démocratie sont indissociables, pouvons-nous affirmer que les conflits sont constructifs pour un système démocratique ? Les paramètres des face-à-face et le devenir des revendications dépendent de facteurs changeants, qu’ils soient naturels, politiques ou socioculturels. L’introduction de nouveaux éléments, que ce soit un mouvement comme celui des gilets jaunes, une maladie infectieuse comme la Covid-19 ou des réseaux sociaux numériques peuvent peser sur l’apparition et le règlement des situations conflictuelles locales ou internationales. S’intéresser aux rapports entre les systèmes démocratiques et les différentes formes de conflits n’est pas nouveau mais le sujet est si riche et en constante évolution que la thématique continue de donner matière à réflexion…

Conflits et démocratie, Revue TRANSVERSALES du LIR3S - 17 - mise en ligne le 3 juin 2020.
Consulter la publication en ligne


Les publications récentes d’Ivan Jablonka ont suscité un grand émoi dans la communauté historienne. En faisant paraître successivement, Histoire des grands parents que je n’ai pas eus. Une enquête (Le Seuil, 2012), L’histoire est une littérature contemporaine. manifeste pour les sciences sociales (Le Seuil, 2014) et Laëtitia ou la fin des hommes (Le Seuil, 2016), il a provoqué une petite tempête : ainsi la Revue d’Histoire moderne et contemporaine lui a-t-elle consacré pas moins de deux articles – l’un d’Élie Haddad et de Vincent Meyzie qui a procédé à une critique en règle du deuxième livre et un autre de Léonore Le Caisne qui s’en est pris à l’ouvrage Laëtitia ou la fin des hommes et un numéro spécial avec un dossier consacré au thème de l’écriture de l’histoire…

Dominique Le Page et Philippe Poirrier [dir.], Historiens et romanciers, Territoires contemporains nouvelle série [en ligne], 18 juin 2020, n° 12.
Consulter la publication en ligne


Ce volume réunit un ensemble de textes issus de communications présentées lors du colloque de l’ethnopôle CFPCI sous le titre : « Les territoires du patrimoine culturel immatériel ». L’objectif initial était d’interroger ce que le patrimoine culturel immatériel (désormais PCI) fait au territoire ou plutôt de questionner à nouveau la relation patrimoine-territoire à partir de l’institution de la nouvelle catégorie patrimoniale. L’argument était suggéré par un article incisif de Valdimar Hafstein (2011) dans lequel il propose de problématiser la question patrimoniale à partir du couple territoire/communauté. Plus précisément, en point d’orgue d’une analyse par laquelle il avance que l’émergence du droit d’auteur et de la propriété intellectuelle a eu pour effet de désigner en creux les cultures populaires comme ce qui reste et comme relevant en conséquence du domaine public, il opère une distinction dans les politiques patrimoniales…

Jean-Louis Tornatore, Isabelle Chave et Séverine Cachat [coord.], Patrimoine et territoire. Une parenté conceptuelle en question, Les Cahiers du CFPCI 7, Vitré, Maison des Cultures du Monde-Centre français du patrimoine culturel immatériel, 2020.
Télécharger/consulter la publication en ligne


Haut de page


 

 

Nos chercheurs publient


– Tome 1 –
L'évangélisation ne peut parvenir à la transformation de la société gabonaise sans le souci de répondre à la préoccupation suivante : la maladie est-elle une réalité spirituelle ou organique ? Ce texte invite le clergé gabonais à promouvoir une recherche approfondie sur les pratiques que l'Église condamne, pour éviter de continuer à créer « des cas de conscience parfois douloureux, auxquels elle n'apporte pas de solutions satisfaisantes, tant les initiés sont convaincus du bien-fondé de leur démarche »…

Simon-Pierre E. Mvone Ndong, Gabon : initiation et guérison profonde. Essai sur la nouvelle évangélisation et le marché de la guérison, tome 1, Paris, L'Harmattan, 2020.
En savoir plus

– Tome 2 –
Critiquant une pastorale facile qui rend floue l'identité d'une Église catholique gagnée par une sorte de superficialité, illustrant les faiblesses d'un évangélisme pentecôtiste charismatique au rabais, l'auteur invite le clergé catholique gabonais à concevoir les bases d'une pastorale d'ensemble efficace. L'auteur ouvre un débat sur les rites initiatiques et l'Évangile. Il pose l'herméneutique et l'inculturation comme le moyen de prendre au sérieux et d'examiner, à la lumière de l'Évangile, les pratiques auxquelles l'homme recourt quand il cherche des réponses à ses interrogations fondamentales…

Simon-Pierre E. Mvone Ndong, Gabon : initiation et guérison profonde. Essai sur la nouvelle évangélisation et le marché de la guérison, tome 2, Paris, L'Harmattan, 2020.
En savoir plus


Constatant, en 1994, les limites pédagogiques de la première évangélisation des peuples du Gabon, l'abbé Noël Ngwa-Nguéma a publié en l'an 2000 : Rites Initiatiques Gabonais à la rencontre de l'Évangile. Son intention était de provoquer un débat théologique dans l'Église, mais il s'est heurté alors à l'hostilité du Renouveau charismatique et à une part très grande du clergé. Où en sommes-nous après 20 ans ? Quelle est la place de la culture gabonaise dans la liturgie et dans la marche du peuple de Dieu au Gabon ?…

Simon-Pierre E. Mvone Ndong, Rites initiatiques gabonais à la rencontre de l’Évangile, Paris, L'Harmattan, 2020.
En savoir plus


Le 26 mai 1828, Kaspar Hauser fit son apparition sur une place de Nuremberg. Ce jeune homme, qui semblait avoir 16 ou 17 ans, savait à peine marcher. Il n’avait pas cinquante mots en bouche et ne pouvait dire d’où il venait, ni où il allait. On l’aurait dit échappé de la Caverne de Platon. Il demeure à ce jour l’un des plus célèbres « enfants sauvages ». Ayant grandi séquestré, coupé de tout contact humain, il fut arraché à une nuit insondable pour naître au monde une seconde fois. Rien ne le rattachait à son époque, pas même à un groupe social ou une génération. Kaspar ignorait jusqu’à la différence homme-femme. Il habitait un corps étrange et dissonant, vierge de toute socialisation. On découvrit bientôt sa sensorialité inouïe, sa vie émotionnelle intense. Du moins jusqu’à ce qu’il apprenne, douloureusement, les mœurs et usages de son temps, non sans être devenu, la rumeur enflant, l’orphelin de l’Europe…

Hervé Mazurel, Kaspar l'obscur ou l'enfant de la nuit, Paris, La Découverte, Collection « SH / À la source  », 2020.
En savoir plus

On en parle dans les médias
livreshebdo.fr - 05/06/2020 [accès abonnés]
Libération - 20/08/2020 [accès abonnés]
Le Monde - 28/08/2020 [accès abonnés]
France Culture - 29/08/2020
France Culture - 17/09/2020


Haut de page



Site web du LIR3S


Atelier coordonné et animé par Vincent Chambarlhac.
Le centre national de ressources textuelles et lexicales cartographie ainsi les principales acceptions d’un adjectif, populaire. Laboratoire pluridisciplinaire, le LIR3S souhaite interroger la dynamique de cet adjectif dans le champ des SHS. Car l’adjectif va toujours de soi, se donne comme abruptement tel : ainsi d’expressions comme mondes populaires, fêtes populaires, arts et traditions populaires, universités populaires, théâtre populaire, bibliothèques populaires, émeutes populaires…
En savoir plus

Haut de page

 


Appels à communications

 

Quand et pourquoi décide-t-on de passer de l’action à la recherche ? De quelle manière les acteurs de terrain peuvent-ils produire du savoir ? Sous quelles conditions celui-ci est-il considéré comme légitime ? Cette journée d’étude souhaite poursuivre une réflexion engagée en 2019 à Reims, en traitant des conditions épistémiques, méthodologiques et pratiques de la recherche-action. Il s’agira de mettre en avant les conditions de possibilité de recherches, académiques ou non, engagées à partir du terrain et des savoirs qu’il recèle pour les acteurs, en interrogeant quatre enjeux clés pour ce type de démarche : la réflexivité, la légitimité, la distanciation et l’engagement…
Limite de soumission des propositions : 11 septembre 2020.
En savoir plus

Haut de page


 


Appels à contributions

 

« Le corps, dit Michel de Certeau, on ne le rencontre jamais. Il est mythique, au sens où le mythe est un discours non expérimental qui autorise et règle des pratiques. Ce qui fait corps, c’est une symbolisation socio-historique caractéristique de chaque groupe ». Le corps sans tonus, mort, cadavre, voire élément du corps (parcelles de peau, organes, membres), intéresse le législateur ou juge, mais avec un statut tout autre que ce corps actif, ce corps qui serait inconcevable sans un nouage avec le mot. Le corps, seul, n’est rien sans une codification des pratiques. Disant cela, nous affirmons toutefois que le corps, ou la chair seule, ne saurait être objet d’étude unique pour le juriste. Le corps est bien un être et un avoir, un « corps-objet-organique », autant qu’un « corps-sujet-intentionnel »…
Limite de soumission des propositions : 15 octobre 2020.
En savoir plus

Haut de page

 

 

 

Appels d'offres


L’IMéRA et ses partenaires lancent 3 appels pour des résidences de 5 ou 10 mois, pour les programmes :
- Art, Science et Société.
- Méditerranée.
- Phénomènes globaux et régulation.
À chaque programme proposé sont associés des résidences dans le cadre général et un ensemble de résidences spécifiques cogérées par les partenaires locaux, nationaux ou internationaux. Parmi ces résidences spécifiques, figurent des chaires qui sont réservées à des chercheurs confirmés. Les appels sont ouverts aux scientifiques de toutes les disciplines, ainsi qu'aux artistes et écrivains pour les programmes « Art, science et société » et « Méditerranée »…
Date limite : 13 octobre 2020.
En savoir plus

Ce prix s'inscrit dans la volonté de promouvoir les femmes dans le monde des sciences et de la technologie et de les encourager à embrasser ces métiers.
Le Prix Irène Joliot-Curie 2020 trois catégories :
- La catégorie « Femme scientifique de l'année » récompense une femme ayant apporté une contribution remarquable dans le domaine de la recherche publique par l'ouverture de son sujet, l'importance de ses travaux et la reconnaissance dans son domaine scientifique tant au plan national qu'international - dotation : 40 000 €.
- La catégorie « Jeune Femme scientifique » met en valeur et encourage une jeune femme qui se distingue par un parcours et des travaux qui en font une spécialiste de talent dans son domaine - dotation : 15 000 €.
- La catégorie « Femme, recherche et entreprise » récompense une femme qui a développé des innovations scientifiques et/ou techniques dans une fonction de recherche & développement, en travaillant au sein d'une entreprise, ou en contribuant à la création d'une entreprise. - dotation : 15 000 €…
Date limite : 7 septembre 2020.
En savoir plus

Le CIERA propose, avec le concours du DAAD et du MESRI, des aides à la mobilité pour effectuer un séjour de recherche (niveau master, thèse et post-doctorat) ou un stage (niveau master) dans le domaine des sciences humaines et sociales. Ces aides sont destinées à favoriser la mobilité d’étudiants et jeunes chercheurs vers l’Allemagne et les autres pays de langue allemande (Autriche, Suisse)
Date limite : 30 octobre 2020.
En savoir plus

Les étudiant·e·s en thèse et les jeunes chercheur·e·s travaillant dans le domaine des études de population sont invité·e·s à proposer un article original pour concourir au prix jeune auteur·e 2021 de la revue Population.
Quelles récompenses pour le/la lauréat·e ?
- Une procédure accélérée de publication.
- Une mise à disposition de l’article en accès gratuit en ligne dès sa parution.
- 1000 € (si l’article a été rédigé par plusieurs jeunes auteur·e·s, le prix est partagé).
- Un abonnement gratuit d’un an à Population.
- Une invitation à Paris pour présenter l’article au séminaire des Lundis de l’Ined…
Date limite : 5 novembre 2020.
En savoir plus

Le Centre allemand d’histoire de l’art (DFK Paris) octroie plusieurs bourses de 6 à 8 mois (pendant la période de janvier à août 2021) de préférence dans le cadre de ses quatre champs de recherche « Transculturalité et mobilité », « Histoire des institutions et des sciences », « L’art des objets » et « Histoire de l’art numérique ». Ces bourses s’adressent principalement à des doctorants et postdoctorants en histoire de l’art. Une bonne maîtrise du français est indispensable. La sélection est effectuée par l’équipe du DFK Paris. Le montant de l’aide s’élève généralement à 1 700 € par mois. La bourse inclut en outre un accompagnement scientifique et structurel, ainsi que l’utilisation des ressources de l’institut…
Date limite : 15 septembre 2020.
En savoir plus

Les récompenses du Grand prix de l’AARHSE visent des travaux de toute nature ayant trait aux centres d’intérêt de l’AARHSE, notamment l’histoire ou la sociologie dans le domaine de l’énergie ou autres travaux en sciences humaines dans ce domaine (à l’exclusion de l’économie et du droit). L’AARHSE privilégie les travaux s’attachant aux formes d’énergie produites en France (électricité, gaz, charbon…) ou comparant d’autres modèles au modèle français.
Le Grand prix de l’AARHSE comprend trois catégories :
- La première catégorie récompense un travail universitaire (thèse, publication…) rédigé ou publié entre janvier 2019 et juin 2020, dans un établissement universitaire français (la thèse devra avoir été soutenue avant le mois de décembre 2020).
- La deuxième catégorie vise un travail publié entre janvier 2019 et juin 2020 sous forme d’essai, d’article, d’œuvre d’art ou toute autre forme soumise à l’appréciation du jury.
- La troisième catégorie est destinée à récompenser des étudiants ou étudiantes en sciences humaines et sociales de l’énergie, ayant soutenu un master entre janvier 2019 et juin 2020, dans un établissement universitaire français.…
Date limite : 15 décembre 2020.
En savoir plus

Le Conseil départemental de l'Yonne propose, pour l'année 2020-2021, deux bourses de recherche, d'une valeur de 1 000 € chacune, destinées à des étudiants inscrits en master II ou en doctorat dont les travaux portent sur les fonds conservés aux archives départementales, qu'ils contribueront ainsi à mettre en valeur et à faire connaître.
Les bourses proposées s'adressent à des étudiants de toutes disciplines (historiens, historiens de l'art, géographes, etc.) inscrits en master II ou en doctorat , pour peu que leur recherche porte sur la documentation conservée aux archives départementales…
Date limite : 31 octobre 2020.
En savoir plus

La Fondation de Wendel propose des aides à la recherche pour des étudiants de Master 2 ou pour des doctorants dans l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales. Les aides portent sur les projets concernant les techniques, les entreprises et plus généralement les sociétés industrielles à l’époque contemporaine.
Ces aides sont mises en œuvre par l’Académie François Bourdon.
Pour les étudiants de Master 2, l'aide est fixée à 1 500 € pour une année. Pour les étudiants en Doctorat, l'aide est fixée à 5 000 € par an, au maximum durant 3 ans…
Date limite : 15 novembre 2020.
En savoir plus

La Mission de recherche Droit et Justice lance chaque année une campagne d’appels à projets portant sur les thèmes retenus dans le cadre de sa programmation scientifique. Pour 2020, quatre thèmes ont été retenus :
- Blockchain.
- Parentalité.
- Courtes peines d’emprisonnement.
- Justice et écologie…
Date limite : 15 septembre 2020 pour le premier et le deuxième thème ; 2 octobre 2020pour le troisième et le quatrième thème.
En savoir plus

La MSH Paris Nord publie son appel à projets annuel. L'appel à projets comprend trois volets :
- Un appel à projets sur les quatre axes de recherche de la MSH Paris Nord (axe 1 : Arts, industries de la culture, création ; axe 2 : orps, santé et société ; axe 3 : Mondialisation, régulation, innovation ; axe 4 : Penser la ville contemporaine) ;
- Un appel à projets commun MSH Paris Nord – Campus Condorcet : Campus universitaires et territoires.
- Un appel à projets commun MSH Paris Nord – Plaine Commune : Fabriquer la ville avec l’art et la culture ?
Date limite : 15 septembre 2020.
En savoir plus


Haut de page

 


 



La lettre du LIR3S - UMR 7366 CNRS-uBFC
Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche "Sociétés, Sensibilités, Soin"
(ex Centre Georges Chevrier)

n° 87 - septembre 2020

Consultez les numéros précédents en cliquant ici

Vous souhaitez,
- vous abonner à La lettre du LIR3S, cliquez ici ;
- vous désabonner de La lettre du LIR3S, cliquez ici ;
- nous faire part de vos remarques, cliquez ici.

© LIR3S
Directeurs de la publication : Vincent Chambarlhac et Jean-Louis Tornatore
Secrétaire de rédaction : Lilian Vincendeau