25-26 novembre 2021 – uB - Amphithéâtre de la MSH de Dijon
(accès/informations pratiques ici)


Colloque :
 Le consentement dans les espaces du soin, de l’intimité
et de l’affectivité


Organisation : Georges Charbonneau (Université Paris 7 - Denis Diderot) et Jean-Philippe Pierron (LIR3S, UMR 7366 CNRS-uB)

 

[Colloque organisé en partenariat avec le département de philosophie de l’Université de Bourgogne, la Chaire Valeurs du soin, la Revue le Cercle herméneutique et l’Espace Ethique de Bourgogne Franche Comté. Avec le soutien du CRPMS (Université Paris Diderot) et l’École Française de Daseinsanalyse (Archives Husserl, ENS, Paris rue d’Ulm)]


Inscription gratuite obligatoire pour les auditeurs ici

 

Consignes sanitaires en vigueur :

  • Présentation du pass sanitaire obligatoire pour accéder à la manifestation.
  • Port du masque obligatoire.
  • Gel hydro-alcoolique fourni par le LIR3S.
  • Liste d’émargement des participants (communicants et public) à fournir au secrétariat du LIR3S à l'issue de la manifestation.

 

Dans l'incertitude de l'évolution sanitaire du pays, nous vous invitons à consulter régulièrement le site web du LIR3S pour prendre connaissance des modifications de déroulement [présenciel et/ou distanciel] de la manifestation.

 


 

 

Qu’il s’agisse de consentements affectifs et sexuels, de consentements médicaux sous ses différents aspects (aux soins qui nous sont proposés, que nous subissons et auxquels nous devons nous soumettre), de divers consentements juridiques et commerciaux, ou de toutes autres natures, la question du consentement s’érige en question majeure pour les sciences humaines. Elle émerge sur fond d’une crise des accords tacites dans les rapports interpersonnels.
A - Le Consentir et la volonté.
En consentant, nous acceptons une possibilité de sens qui n’est pas celle que nous avions projetée. Cette possibilité de sens nous surprend dans notre indétermination à ce que nous voulons et ce que nous sommes prêts à concéder. Il faut au consentant actualiser ce qu’il veut et à quel prix il le veut et il peut y renoncer, et aussi ce qu’il ne veut pas. On rencontre ici une philosophie de la volonté sur un nouveau front : celui de ce que nous ne voulons pas et de ce que nous voulons. Il nous faut subitement éclaircir, redéfinir ou ajuster nos projets de sens, laissés indéterminés le plus souvent. La volonté se porte alors sur ce point d’acceptation, tendu entre résistance, refus et résignation. Comprendre devient admettre et faire sien le sens reçu. Lorsqu’il n’est pas approprié´, il y a pure résignation. Le rapport de force nous contraint. Une question se pose pourtant : l’existence n’est-elle pas faite aussi de résignation et de consentement, aussi bien actifs que passifs ? Dans l’expérience, il y a toute une temporalité du consentement qui, à chaque moment, découvre un sens qui peut être différent : le sens avant et après l’acte, et celui de sur l’instant : de cette détermination découlent plusieurs sens qu’il faut concilier, en prenant garde à ce que le sens d’un acte ne soit pas seulement celui qui a été élaboré et déterminé a posteriori. Le sens d’un acte, juridiquement, est principalement son sens présent, tel que nous le vivons au moment où il se présente, mais il ne peut pas être différent du sens tel qu’il est compris a posteriori, autrement dit sera reçu par autrui. S’il n’en était pas ainsi, il n’y aurait pas de responsabilité morale. Ce travail des sens en direction d’un sens unifié ne permet-il pas un juste consentement.
B - Trouver le « juste consentir » est difficile car il s’exerce en régime d’intimité, notamment dans le monde du soin qui donne une place majeure et exige « un consentement éclairé ». Cette structure de l’intime doit être explorée dans ses grandes déterminations. C’est un être-ensemble particulier qui tend à abolir les défenses intersubjectives au profit de ce nous qu’elle crée et met en partage. L’intimité est aussi une ambiance qui amortit, absorbe, pardonne, compense les tensions, avec des équilibres qui ne sont pas dicibles depuis le champ social, sauf pour des situations extrêmes, qui précisément peuvent rompre son édifice. Le « juste Consentir » interroge alors la nature du contrat qui lie les interactants. Le contrat du consentement en matière d’intime est-il un contrat au sens libéral du terme, qui peut être entièrement explicité ? Comme tous les accords affectifs, ne recèle-t-il pas toute une richesse de conditionnalité, comme ces « Oui à condition que... », etc., qui ne sont pas opposables ?
C- Le consentement, non seulement par ses vices (vices du consentement qui les invalident) expose à entrer dans l’étude des violences qu’il peut subir, que ce soit de simples violences psychologiques, celles de la criminologie et de la médecine légale. Criminologie sur ses deux versants : agressologique et victimologique. Un schéma domine, celui du couple agresseur-empriseur (ou non) / victime passive-dépendante (ou non). La pertinence de ce schéma est indiscutable dans de nombreuses situations. Lorsqu’il y a psychose ou troubles graves et reconnus de la personnalité, les responsabilités ne posent pas de difficultés. Par contre, lorsqu’on s’approche davantage de la normalité, et qu’on se pose en terrain seulement psychodynamique, les questions sont plus difficiles à analyser. N’en va-t-il pas là de la détermination de la vulnérabilité, qui est centrale dans l’approche du consentement ?

 

Programme

 

25 novembre 2021

 

  • 9 h 30 - Allocution d’ouverture : Jean-Pierre-Quenot, Président de l’espace éthique BFC Georges Charbonneau et Jean-Philipe Pierron.

 

 

– Matin
De quels consentements parlons-nous ?

 

Nous consentons en de nombreux domaines, cela parce que nul n’est maître des situations qu’il rencontre. Recevant le monde, une acceptation primordiale est déjà nécessaire ; d’autres contextes, de plus en plus précis, devront ensuite être avalisés. De passive, notre volonté se fait de plus en plus active et discriminante.  A partir d’une tension entre le volontaire et l’involontaire, pourrait-on en ce sens penser le passage qui va de comprendre à accepter jusqu’à consentir et faite une distinction consistante entre le consentement et la résignation ?


  • Jean-Christophe Weber (Université de Strasbourg) :
    Grandeur et décadence du consentement en clinique médicale

  • Michel Dupuis (Belgique) :
    Situations-limites : consentir et (re)bondir

  • Camille Cabettan (Université de Montpellier) :
    Consentir et dialoguer : une approche herméneutique du consentement

  • Margaux Dubar (Université Lyon 3) :
    Quel consentement attend-t-on de la personne addictée ? Parcours de soin et recherche de terrain, d'après les philosophes de la chute

     


– Après-midi
Confiance et consentement :
Pourquoi la question du consentement
est-elle centrale pour le champ social ?

 

Il y a une « crise du consentement » au point que tout ce qui nous semblait évident devrait être à nouveau redéfini, explicité, précisé. Tout consentement procède d’accords préalables et tacites. Connaitrions-nous un effondrement de ce sol d’accord ? Avant la dimension contractuelle engagée dans le consentement, il peut y avoir un pacte de confiance mutuel qui en serait le sol sinon le fond : peut-on penser le consentement sans penser la confiance ?


  • 14 h 30 – Bernard Schumacher (Coordinateur de l’Institut interdisciplinaire d’éthique et droits de l’homme (IIEDH), Institut interdisciplinaire d’éthique et droits de l'homme Fribourg, Suisse) :
    Confiance et autorité au cœur du consentement

  • Michela Marzano (Université Paris Descartes) :
    Consentement ou confiance ? Comment parier sur quelqu’un lorsqu’on vit dans une société contractuelle ?

  • Pierre Ancet (LIR3S, UMR 7366 CNRS-uB) :
    La question du consentement dans la vie affective et sexuelle de personnes avec handicap intellectuel

 

 

26 novembre 2021

 

 

– Matin
Consentement et intimité

 

Modératrice : Irène François-Purssell (PU/PH uBFC)

 

Ce qui doit faire l’objet d’un travail et de meilleures définitions sont les limites du consentement en régime intime (intime et non privé). C’est le plus souvent en régime intime (intimité réelle ou factice) que se produisent les dysconsentements et que les déconsentements ne peuvent pas être prononcés. Sur ce point, l’espace des relations affectives et sexuelles, en tant que lieu sensible du consentement, est-il aisément cartographiable ? Cette dimension sensible et incarnée rappelle que le « je consens » s’inscrit sur le fond corporel d’un « je peux » qui mobilise une subjectivité incarnée. Il permet de lutter contre la survalorisation rationaliste du consentement tout en ouvrant sur la prise en compte non seulement de l’aspect cognitif mais également polysensoriel et affectif (pathique) engagé dans le consentement. Comment chacun peut-il s’orienter dans la palette des multiples relations possibles (amoureuses, semi-amoureuses, constructives, aventurières, continus, discontinus, platoniques, non sexuelles, « sans statut », etc.). Comment être assuré que son éventuel partenaire possède (et agrée) les mêmes repères de codes ? Dans l’espace des relations affectives et sexuelles, qu’en est-il de l’ambivalence, des incertitudes, de la mise à l’épreuve, et aussi des éléments d’inhibition ? A vouloir abolir les unes et les autres, que reste-t-il alors de la séduction et des incertitudes qu’elle élabore, traverse et constitue ?


  • 9 h 30 – Marie-Bernadette Guyot (Cadre de santé Dijon) :
    Quand le toucher s'invite. Quelle place au consentement dans l'intimité du soin

  • Benjamin Marcepoile (Psychologue clinicien) :
    Le consentement à l’épreuve de la psycho-criminologie : du consentement juridique au consentir psychologique

  • Georges Charbonneau (Psychiatre, Paris) :
    Constellation névrotique et consentement. Inhibition, passivité, surprises et emprises névrotiques

  • Jean Motte-dit-Falisse :
    Céder n’est pas consentir


     


– Après-midi
Qu’est-ce qu’un juste consentement ?
Intérêts et limites du consentement éclairé

 

Modérateur : Thierry Martin (UBFC)

 

Et si le consentement n’était pas le dernier mot ? N’aurions-nous pas tendance à monumentaliser le concept, comme s’il était la clef de toute conduite éthique et morale ? Suffit-il d’obtenir un consentement prononcé, - ce que concentre l’usage parfois incantatoire du « consentement éclairé » -, quel qu’en soit la validité, pour se conduire de toutes les façons, comme si par ce passe-partout on était exonéré de tous jugements moraux, de toutes réciprocités ? Un consentement prononcé n’est pas la fin de toute question éthique ; tout moment, tout comportement est éthique, que l’autre ait consenti ou non. Le devoir envers autrui commence par un certain consentement mais n’est pas conditionné par lui. Il le précède et le dépasse. A côté de ce maigre consentement prononcé, ne faut-il pas croire, voire exiger et soutenir un juste consentement, qui résumerait toutes les aspects et visages de la pensée et de l’expérience humaine du juste ?


  • 14 h 30 – GianPaolo di Piazza (Psychiatre) :
    Soins sans consentement. Lecture phénoménologique de la contention physique

  • Sabine Jobez (Université de Franche-Conté) :
    Les transformations du consentement dans la médecine génomique

  • Marion Girer (Université Lyon 3) :
    Le consentement libre et éclairé en matière de soins : mythe ou réalité?

  • Franck Ludwicsak (Université Catholique de Lille) :
    Aspects juridiques et en matière pénale du consentement


      CreditsPlan du siteContactImprimer Accueil

Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche
"Sociétés, Sensibilités, Soin"
UMR 7366 CNRS-uB

Imprimer Contact Plan du site Crédits Plug-ins Accueil