19 octobre 2017- 9 h 45 - 17 h 30 – Salle 319, 3e étage du bâtiment droit – (accès/informations pratiques ici)

Journée d'études : Travailler en coopérative
[Dans le cadre du séminaire « Histoire de la coopération : expériences et pratiques »]

Organisateurs : Alexia Blin, Stéphane Gacon, François Jarrige et Xavier Vigna

[Journée organisée avec le concours de l'Institut universitaire de France]

 

La coopération représente souvent une expérience économique inédite pour la plupart des acteurs impliqués. Qu'il s'agisse des paysans, des ouvriers, des employés ou des consommateurs ; ils n'ont pour la plupart pas eu à gérer une entreprise auparavant. Leur choix soit de se former, soit d'embaucher des professionnels, a des conséquences sur le contrôle qu'ils exercent sur la coopérative. Ensuite, l'expérience qu'ils acquièrent par l'intermédiaire de l’association et de la coopérative peut être un facteur d'émancipation, de prise de contrôle sur le processus commercial ou productif, ou alors d'embourgeoisement (ce qui est au cœur de nombreux projets de réforme sociale de la fin du XIXe siècle à nos jours). L’organisation de ces structures de production et de service et l’organisation du travail en leur sein, les rapports sociaux au travail et l'autonomie des acteurs-actrices peuvent-ils être foncièrement différents dans les « coopératives » ? Jusqu’à quel point les expériences coopératives s’accompagnent-elles d’une forme de professionnalisation de la gestion d'entreprise ? Comment s'agencent les relations hiérarchiques dans ces organisations ? Comment documenter le quotidien du travail – qu’il soit en usine ou dans les champs – au sein de ces coopératives ? Comment est-il décrit/pensé, et quelles différences entre les discours proclamés et les pratiques observées ?

 

Programme [au format pdf ici]



    Atelier 1 : Le travail au quotidien

  • Bruno Prati (Université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre EA2273), Travailler et vivre au quotidien : organisation et biotope comparés des fonderies coopératives Le Réveil, la Fonderie Rollinger (France) et la Fonderie di Modena (Italie)
    [18'03]

  • Timothée Duverger (IEP de Bordeaux), Les communautés de travail : trajectoires et spécificités d’une utopie coopérative d’après-guerre

  • Nils Solari (journaliste indépendant), Coopérer pour informer. Quand des journalistes reprennent ou transforment leur journal en coopérative : quelle incidence sur le travail et le traitement de l’information ?

Discussion



    Atelier 2 : Le travail au quotidien

  • Nicolas Vabre (Université du Havre), Alexandre Burnouf, ou la transformation d’un coopérateur socialiste en patron capitaliste
    [25'31]

  • Thomas Figarol (FRAMESPA Université Toulouse - Jean Jaurès) Le rôle de la gouvernance d’entreprise dans l’évolution d’une coopérative de production. Le cas d’Adamas, coopérative d’ouvriers diamantaires de Saint-Claude (1892-1961)
    [19'20]

Discussion

Atelier 3 : La difficile émancipation par le travail
dans les coopératives

  • Olivier Lemort (EHESS), Genèse d’une contre-proposition ouvrière : de Fralib à Scop-Ti
    [19'06]

  • Anna Pellegrino (Université de Bologne), Femmes et coopération en Italie. Élan émancipatoire et contradictions encore ouvertes, 1945- 2000
    [21'25]

  • Alexia Blin (EHESS – Université Paris 3), Les coopérateurs américains face à la syndicalisation dans les années 1930 : la redéfinition de la place du travail dans l'entreprise
    [26'41]

 

Discussion / Conclusions

 

      CreditsPlan du siteContactImprimer Accueil

Centre Georges Chevrier - Sociétés et sensibilités
UMR 7366 - CNRS uB

Imprimer Contact Plan du site Crédits Plug-ins Accueil