Axe 2 : Care et populations

Responsables : Pierre Ancet (Mcf, philosophie) et Virginie Dejoux (Mcf, démographie)

Depuis quelques années un concept extrêmement fécond a fait son apparition dans les champs des SHS et du soin – au sens médical et paramédical : il s’agit du Care. Très difficile à traduire à en raison de sa dimension polysémique, le Care consiste en « le souci des autres », la sollicitude, l’attention portée à autrui ou le soin qu’on lui prodigue.

Le monde de la médecine s’est saisi de cette notion pour répondre à de nouvelles préoccupations et aux lois qui les encadrent – mettre le patient au centre du soin ; l’informer ; prendre en considération sa volonté, sa capacité à s’autodéterminer. Comment se constituent et s’articulent le Care (prendre soin) et le Cure (guérir) dans le monde médical en particulier et, plus généralement, dans l’ensemble de la société ? Prendre soin n’est effectivement pas nécessairement lié à la pathologie, fût-elle sociale. Comment les parents prennent-ils soin de leurs enfants ? Comment un proche aide-t-il une personne vulnérable de son entourage ? Il y a dans l’activité de Care une dimension d’adaptation par empathie et réciprocité qui transforme l’injonction morale et la vision normative traditionnellement associées au soin. À ce titre, elle interroge des champs d’activité aussi variés que celui de l’enseignement, du travail social, mais aussi les milieux clos des institutions dites « totales » (institutions dédiées au handicap, services de psychiatrie, centre éducatifs fermés, prison, etc.).

Au croisement de la sociologie, de l’éthique, du droit et de la philosophie, ces questions centrales seront développées dans ce pôle de recherche pluridisciplinaire.