Axe 2 : Patrimoines et patrimonialisations

Responsables : Isabelle Marinone (Mcf, histoire du cinéma) et Jean-Louis Tornatore (Pr, socio-anthropologie)

Cet axe se situe au carrefour de travaux historiens et anthropologiques qui portent sur des objets patrimoniaux autant que sur l’attribution et la gestion de la valeur patrimoniale. En ce sens, il contribue à la saisie en complexité des patrimoines et de l’activité patrimoniale aujourd’hui, à partir de l’idée que le patrimoine est une institution du passé-présent, grâce à la médiation d’une diversité d’« objets », autant qu’il est l’indice de manières singulières d’habiter le temps et de dire « ce à quoi nous tenons », d’hier et d’aujourd’hui pour demain, par le biais de la désignation de « choses qui comptent ».

À travers les terrains explorés, ce questionnement général intéresse particulièrement : des sites et des objets de dévotion, ainsi que leur restauration, contribuant ainsi à une réflexion sur les rapports entre patrimoine et religion, dont la compréhension est souvent brouillée par la conception moderne du patrimoine (sécularisation et sacralité laïque) ; la patrimonialisation des expressions de la culture populaire, soit le rock progressif et le rock français des années 1970, offrant ainsi une vue in situ sur le passage de l’histoire au patrimoine ; la constitution d’un patrimoine photographique et filmique, déclinaison contemporaine de l’inventaire du monde et de son arraisonnement, permettant d’interroger le rapport aux documents et aux images à l’ère du numérique ; l’actualité de l’activité patrimoniale (des patrimoines matériels aux patrimoines immatériels) en tant que, procédant d’un travail d’imagination, elle sert autant le marketing territorial que la reconnaissance des cultures et de leurs collectifs.